Formation

Formation 2019-2020

« L’efficace du transfert face aux symptômes* »

« Au commencement de la psychanalyse est le transfert »

Jacques Lacan,
« Proposition du 9 octobre 1967 sur le psychanalyste de l’École »,
in : Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 247.

Indéfinissable mal-être, angoisses, phobies, dépressions, addictions, inhibitions, impasses de la vie amoureuse, conduites répétitives, symptômes somatiques… ils sont nombreux les symptômes qui font signe, mais de quoi et pour qui ?

Si la médecine peut certainement guérir des symptômes médicaux, il n’empêche que la psychanalyse est née là où la médecine déclarait forfait – face aux symptômes de conversion hystérique qui sont des symptômes du corps (une paralysie sans lésion organique par exemple). Ils ont fait signe à Freud, il les a interrogés, il a vu en eux l’expression d’un conflit inconscient disant autre chose, parlant une autre langue : celle d’un désir caché et enfoui. Partir à la recherche de la vérité de ce désir a conduit Freud à inventer le dispositif analytique : la talking cure.

Ce dispositif analytique ne va pas sans le transfert : la plainte, la demande peut-être de guérir s’adresse à quelqu’un. C’est le transfert qui pousse le patient à parler, et peu à peu à déchiffrer — pas sans l’analyste à qui il impute par la grâce du transfert d’en savoir un bout sur ce qui se passe –– à trouver du sens à ses symptômes au point que parfois ceux-ci n’ayant plus de raison d’être, disparaissent.

Efficace du transfert. Et pourquoi ici, ne pas parler d’efficacité ?
Parce que si Freud avait visé l’efficacité et la norme à tout prix – idéal de notre époque que la récente législation belge sur les psychothérapies amplifie –, il n’aurait pas entendu la vérité du patient qui se disait et son désir qui se déployait.
Mentionnons aussi les symptômes liés aux comportements qui résistent aux éducations (parentales, sociétales, voire thérapeutiques) ou aux aménagements personnels divers, quand autour d’eux sourd une plainte ou une crainte, une incompréhension ou des reproches. Ils dérangent.

Dans les deux cas, la cause de ces qui est perçu comme dysfonctionnement est identique : un humain est un être parlant, et les effets du langage sur son corps et sur ses conduites suivent des raisons que ni sa raison ni la norme sociale ne connaissent.

De cette perte sans cesse éprouvée, de l’entre les mots, de l’inter-dit, les symptômes en découlent. Une parole sous transfert peut les éclairer.

Pour que le transfert soit efficace, encore faut-il qu’il soit ! et que le symptôme dont on se plaint, soudain, fasse question. Car le symptôme semble a priori étranger à soi, comme une météorite tombée du ciel, comment fera-t-il signe à celui qui parle ? Là, se place l’analyste. Face au symptôme qui se dit aux premiers rendez-vous, et face à ses variantes plus tard, il visera la cause, la faille qui l’a fait surgir.

Au terme du procès analytique, le rapport qu’entretient cet être parlant avec la faille peut se modifier. Aussi avec ce qui reste de symptôme. Car il est une autre efficace du transfert que Jacques Lacan pratiquait, et dont son enseignement jusqu’au bout a frayé la théorie : celle d’offrir à l’analysant les conditions de possibilité pour percevoir autrement sa condition d’être parlant.

Cette année, le Séminaire de théorie de la clinique se penchera sur des cas qui ont questionné Freud et que nous articulerons avec notre époque. Le Séminaire de lecture suivra le fil des élaborations de Jacques Lacan sur le transfert dans Le Séminaire XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse.

La formation est ouverte aux travailleurs du secteur psycho-social, étudiants et à toutes personnes intéressées par la clinique analytique et par l’enseignement de Freud et de Lacan.

Cette année 2019-2020, le Forum du Champ lacanien du Brabant a le plaisir d’inviter des conférenciers de l’Internationale des Forums du Champ lacanien à nos activités et ce, en vue de soutenir notre travail avec vous.

* Thème des Collège de Clinique Psychanalytique 2018-2019

Horaire

  • 10:15 – 11:30 Séminaire Théorie de la Clinique
  • 11:30 – 12:45 Séminaire de Lecture
  • 12:45 – 14:15 Pause déjeuner
  • 14:15 Accueil pour la conférence
  • 14.30 – 17:00 Conférence

Dates

  • 14 septembre : avec Jean-Jacques GOROG
  • 12 octobre : avec Nadine CORDOVA
  • 16 novembre : l’invité sera précisé ultérieurement.
  • 14 décembre : avec Bernard TOBOUL
  • 11 janvier : avec Colette SOLER, sous réserve.
  • 8 février : avec Cathy BARNIER
  • 14 mars : avec Agnès METTON
  • 9 mai : Enseignement le matin uniquement sans invité extérieur pour cause d’Assemblée Générale avec les membres l’après-midi.
  • 25 avril : avec Bernard TOBOUL
  • 13 juin : avec Elisabeth THAMER

Lieu

Asbl SIMA, Rue Brialmont 21, 1210 Saint-Josse-ten-Noode — arrivée en avance recommandée car les portes ferment pour des raisons de sécurité.

PAF pour l’année

  • 70€ pour les non-membres,
  • 50€ pour les membres,
  • 30€ pour les étudiants ou chômeurs.
    Ce prix englobe les deux séminaires ainsi que la conférence ; l’inscription à l’une des trois activités donne libre accès à l’autre.

Autres évènements

Renseignements et inscription :

Forum du Champ lacanien du Brabant (Belgique)
Tel : +32 476 879 859 (Lucile Cognard, déléguée) – E-mail : lacan.brabant@gmail.com
ASBL no 842.606.543 – Siège social : Av. Ferdauci, 44 – 1030 Bruxelles
Compte Bancaire : IBAN = BE 39 0682 5194 7019, BIC = GKCCBEBB