Archives

Vous pouvez consulter ici les archives de nos activités.

Formation 2020-2021

« Cas d’urgence »

« Cas d’urgence » est l’expression que Lacan utilise dans la « Préface à l’édition anglaise du séminaire XI », en 1976 vers la fin de son enseignement. Avant cela, l’urgence est abordée dans plusieurs textes majeurs et dès « Fonction et champ de la parole et du langage » (1953), « La direction de la cure » (1958), « L’acte de fondation » (1964), « Du sujet enfin en question » (1966) sans compter dans la plupart de ses séminaires et plus particulièrement dans Le séminaire L’angoisse (1962-1963). Tous convergent autour de la formation du psychanalyste et de la spécificité de la réponse analytique. L’urgence comme dit Lacan dans Le savoir du psychanalyste est dès le commencement, dès l’invention de la psychanalyse. Elle l’est aussi dès le début de toute entrée en analyse et plus particulièrement quand elle affole et angoisse. L’urgence pour la psychanalyse est avant tout celle du sujet enfin en question. « Il faut quand même partir de là pour voir que le discours de l’analyste n’est pas apparu par hasard ! Il fallait qu’on soit au dernier état d’extrême urgence pour que ça sorte [1] » dit Lacan.

Zehra Eryoruk

[1] : Le Séminaire, Livre XIX, …ou pire, (1971-1972), Paris, Seuil, 2011, p. 72.


Pour le séminaire Théorie de la Clinique, nous partirons cette année encore des questions théoriques et cliniques à partir d’études de cas de Freud et des situations issues de notre pratique.

  • Coralie Vankerkhoven travaillera sur le trauma à partir de certains des textes de Freud; parmi lesquels : « Études sur l’hystérie et le mécanisme psychique des phénomènes hystériques » (1892); « Nouvelles remarques sur les psychonévroses de défense » ; le cas d’Emma ; Au-delà du principe de plaisir et Inhibitions, symptômes et angoisse.
  • Anaïs Bastide travaillera sur « Rêve et symptôme » à partir du rêve dit de la Belle Bouchère (in L’interprétation des rêves) et d’un cas de phobie des magasins (in Esquisse d’une psychologie scientifique). Cette année nous articulerons notre travail à la lecture du Séminaire L’angoisse.
  • Zehra Eryoruk travaillera sur le cas d’urgence de Freud à Lacan à partir de l’homme aux loups. Elle interrogera l’urgence du point de vue de la structure. Une présentation clinique par un participant dépliera l’urgence dans la clinique d’aujourd’hui. Les références de lecture pour l’homme aux loups sont les Cinq psychanalyses de Freud : extrait de l’histoire d’une névrose infantile; Le séminaire sur l’homme aux loups, Jacques Lacan, inédit, 1953, et l’homme aux loups dans Le séminaire L’angoisse.

Pour le séminaire de Lecture, nous mettrons à l’étude Le séminaire L’angoisse avec Zehra Eryoruk dès septembre 2020 et le texte de la « Préface à l’édition anglaise du séminaire XI » avec Lucile Cognard à partir de janvier 2021.

Nous accueillerons comme chaque année plusieurs psychanalystes de l’EPFCL : Bernard Toboul, Jean-Jacques Gorog, Colette Soler et Marc Strauss, qui nous accompagneront dans les séminaires et aborderont le thème des cas d’urgences lors de conférences tout public.


Programme des journées

  • 10h15 – 11h45 séminaire de théorie de la clinique
  • 12h00 – 13h30 séminaire de lecture de texte

Attention, lors de la venue des invités (17/10, 28/11, 27/02, 24/04), adaptation de l’horaire :

  • 10h15 – 11h30 séminaire de théorie de la clinique
  • 11h30 – 12h45 séminaire de lecture de texte
  • 14h30 – 17h : conférence

Dates

    • 26 septembre (en présentiel)
    • 17 octobre, avec Bernard Toboul, conférence « L’urgence de la vie » [affiche]
    • 28 novembre, avec Jean-Jacques Gorog [affiche]
    • 12 décembre
    • 23 janvier
    • 27 février, avec Colette Soler [affiche]
    • 27 mars
    • 24 avril, avec Marc Strauss
    • 29 mai

    Lieu

    • Asbl SIMA, Rue Brialmont 21, 1210 Saint-Josse-ten-Noode — arrivée en avance recommandée car les portes ferment pour des raisons de sécurité.
    • ou par visioconférence Zoom, si des raisons sanitaires nous y poussent.
    Le 26 septembre, nos activités se tiendront à l’asbl SIMA, rue Brialmont 21 à 1210 Bruxelles avec les mesures sanitaires d’application dans l’enseignement supérieur belge à savoir: 
     
    1) le port obligatoire du masque à l’intérieur du bâtiment
    2) distanciation d’au moins 1m entre les participants
    3) désinfection avant/après des tables et/ou de toute surface touchée (du gel hydroalcoolique et des serviettes en papier seront mises à disposition) 
    4) aération régulière des locaux 
    Ces mesures nous permettront de nous retrouver en présentiel et dans les meilleures conditions possibles…
    Nous nous réjouissons de vous revoir tous et toutes… 

    .

    Inscription

    Je remplis le formulaire en ligne (cliquez sur la phrase)

    PAF

    • 70€ pour les non-membres, pour l’année,
    • 50€ pour les membres, pour l’année,
    • 30€ pour les étudiants -26 ans ou personnes sans emploi, pour l’année.
    • Conférence uniquement : 10€ ou 8€ pour les étudiants -26 ans et les personnes sans emploi.

    La participation financière ne doit pas être un obstacle, dans un tel cas, il est conseillé de prendre contact avec le bureau au préalable (info.fcl.brabant@gmail.com).

    Renseignements

    Évènements connexes

    Organisation

    Forum du Champ lacanien du Brabant (Belgique)
    E-mail : info.fcl.brabant@gmail.com
    ASBL no 842.606.543 – Siège social : Av. Ferdauci, 44 – 1030 Bruxelles
    Compte Bancaire : IBAN = BE 39 0682 5194 7019, BIC = GKCCBEBB


Formation 2019-2020
[document PDF]

« L’efficace du transfert face aux symptômes »

Comme chaque année, nous allons travailler à Bruxelles le thème des Collèges de Clinique psychanalytique. Cette année, c’est « L’efficace du transfert face aux symptômes ». Ce thème qui interroge d’emblée la clinique et les concepts nous intéresse au plus vif puisque c’est sur cette articulation de la clinique et du concept que nous avons construit la structure de nos activités au Forum. Pour cette année, nous avons ajouté une nouveauté : nous recevrons chaque mois (sauf en mai) un(e) analyste de l’École de Psychanalyse des Forums du Champ Lacanien (EPFCL).

Le programme des journées se présentera ainsi :

Matinée : de 10.15 à 12.45

  • Séminaire Théorie de la clinique : Transfert et symptômes au départ de la clinique et études de cas.
  • Séminaire de lecture : Étude et lecture du Séminaire XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse de Jacques Lacan

(Pause déjeuner : 12:45 – 14:15)

Après-midi : 14.15 à 17.00

  • Conférence de l’invité et débat avec la salle

Dates

  • 14 septembre : avec Jean-Jacques GOROG – conférence « Transfert, symptôme, drôles de mots » [Affiche]
  • 12 octobre : avec Nadine CORDOVA – conférence « Le rendez-vous » [Affiche]
  • 16 novembre : avec Didier GRAIS – conférence « À l’infini… ou le transfert dans la psychose » [Affiche]
  • 14 décembre : avec Bernard TOBOUL – conférence « Symptômes et transfert dans l’impasse œdipienne » [Affiche]
  • 11 janvier : avec Colette SOLER conférence « Transfert de symptômes ? » [Affiche]
  • 8 février : avec Cathy BARNIER conférence « L’entrée possible » [Affiche]
  • 14 mars : avec Agnès METTON conférence « Le dit-schizophrène et le psychanalyste » [Affiche] // En raison des consignes sanitaires liées au COViD-19, la journée de travail du samedi 14 mars 2020 est supprimée.
  • 25 avril : avec Bernard TOBOUL conférence « Traversée et franchissement au-delà de l’OEdipe » [Affiche] // La formation du matin est assurée via Zoom, avec Bernard Toboul. La conférence est annulée.
  • 9 mai : Enseignement le matin uniquement sans invité extérieur pour cause d’Assemblée Générale avec les membres l’après-midi.
  • 13 juin : avec Elisabeth THAMER

Lieu

Asbl SIMA, Rue Brialmont 21, 1210 Saint-Josse-ten-Noode — arrivée en avance recommandée car les portes ferment pour des raisons de sécurité.

PAF pour l’année (les deux séminaires et la conférence)

  • 70€ pour les non-membres,
  • 50€ pour les membres,
  • 30€ pour les étudiants -26 ans ou personnes sans emploi.

PAF conférence uniquement

  • 10€ ou 8€ pour les étudiants -26 ans et les personnes sans emploi.

La participation financière ne doit pas être un obstacle, dans un tel cas, il est conseillé de prendre contact avec le bureau au préalable.

Info et inscription auprès de la commission des enseignements :

Argumentaire :

« Au commencement de la psychanalyse est le transfert »

Jacques Lacan,
« Proposition du 9 octobre 1967 sur le psychanalyste de l’École »,
in : Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 247.

Indéfinissable mal-être, angoisses, phobies, dépressions, addictions, inhibitions, impasses de la vie amoureuse, conduites répétitives, symptômes somatiques… ils sont nombreux les symptômes qui font signe, mais de quoi et pour qui ?

Si la médecine peut certainement guérir des symptômes médicaux, il n’empêche que la psychanalyse est née là où la médecine déclarait forfait – face aux symptômes de conversion hystérique qui sont des symptômes du corps (une paralysie sans lésion organique par exemple). Ils ont fait signe à Freud, il les a interrogés, il a vu en eux l’expression d’un conflit inconscient disant autre chose, parlant une autre langue : celle d’un désir caché et enfoui. Partir à la recherche de la vérité de ce désir a conduit Freud à inventer le dispositif analytique : la talking cure.

Ce dispositif analytique ne va pas sans le transfert : la plainte, la demande peut-être de guérir s’adresse à quelqu’un. C’est le transfert qui pousse le patient à parler, et peu à peu à déchiffrer — pas sans l’analyste à qui il impute par la grâce du transfert d’en savoir un bout sur ce qui se passe –– à trouver du sens à ses symptômes au point que parfois ceux-ci n’ayant plus de raison d’être, disparaissent.

Efficace du transfert. Et pourquoi ici, ne pas parler d’efficacité ?
Parce que si Freud avait visé l’efficacité et la norme à tout prix – idéal de notre époque que la récente législation belge sur les psychothérapies amplifie –, il n’aurait pas entendu la vérité du patient qui se disait et son désir qui se déployait.
Mentionnons aussi les symptômes liés aux comportements qui résistent aux éducations (parentales, sociétales, voire thérapeutiques) ou aux aménagements personnels divers, quand autour d’eux sourd une plainte ou une crainte, une incompréhension ou des reproches. Ils dérangent.

Dans les deux cas, la cause de ces qui est perçu comme dysfonctionnement est identique : un humain est un être parlant, et les effets du langage sur son corps et sur ses conduites suivent des raisons que ni sa raison ni la norme sociale ne connaissent.

De cette perte sans cesse éprouvée, de l’entre les mots, de l’inter-dit, les symptômes en découlent. Une parole sous transfert peut les éclairer.

Pour que le transfert soit efficace, encore faut-il qu’il soit ! et que le symptôme dont on se plaint, soudain, fasse question. Car le symptôme semble a priori étranger à soi, comme une météorite tombée du ciel, comment fera-t-il signe à celui qui parle ? Là, se place l’analyste. Face au symptôme qui se dit aux premiers rendez-vous, et face à ses variantes plus tard, il visera la cause, la faille qui l’a fait surgir.

Au terme du procès analytique, le rapport qu’entretient cet être parlant avec la faille peut se modifier. Aussi avec ce qui reste de symptôme. Car il est une autre efficace du transfert que Jacques Lacan pratiquait, et dont son enseignement jusqu’au bout a frayé la théorie : celle d’offrir à l’analysant les conditions de possibilité pour percevoir autrement sa condition d’être parlant.

La formation est ouverte aux travailleurs du secteur psycho-social, étudiants et à toutes personnes intéressées par la clinique analytique et par l’enseignement de Freud et de Lacan.

Évènements connexes :

Organisation :

Forum du Champ lacanien du Brabant (Belgique)
E-mail : lacan.brabant@gmail.com
ASBL no 842.606.543 – Siège social : Av. Ferdauci, 44 – 1030 Bruxelles
Compte Bancaire : IBAN = BE 39 0682 5194 7019, BIC = GKCCBEBB


Formation 2018-2019

« Parole et violence »

[ Document PDF de présentation ]

Le thème « Parole et violence » orientera le travail de nos deux séminaires de formation :

Le séminaire Théorie de la clinique : études de cas et concepts traitera trois types de cas en 3 séances chacun : vu par Freud, vu par Lacan, puis avec un cas de la clinique actuelle. La présentation détaillée se trouve ci-dessous.

Le Séminaire de lecture mettra à l’étude Le Séminaire XVII, L’Envers de la psychanalyse de Jacques Lacan. Une description détaillée est aussi disponible.

Une Journée de travail avec Colette Soler aura lieu le 22 juin.

La formation est ouverte aux travailleurs du secteur psycho-social, étudiants et à toutes personnes intéressées par la clinique analytique et par l’enseignement de Freud et de Lacan.

Horaire et dates

  • de 10h30 à 12h30 : Théorie de la Clinique : études de cas et concepts
  • de 13h30 à 15h30 : Séminaire de lecture

Pour la pause déjeuner, il est possible d’amener ses tartines ou de sortir dans le quartier qui offre beaucoup de possibilités.

8 septembre
13 octobre
10 novembre
8 décembre
12 janvier
9 février avec Nicolas Bendrihen (AE)
16 mars
20 avril
11 mai
15 juin
et le 22 juin avec Colette Soler.

Lieu

Asbl SIMA, Rue Brialmont 21, 1210 Saint-Josse-ten-Noode — arrivée en avance exigée, les portes ferment à l’heure indiquée pour des raisons de sécurité.

PAF pour l’année

70€ pour les non-membres,
50€ pour les membres,
30€ pour les étudiants ou chômeurs.
Ce prix englobe les deux séminaires ; l’inscription à l’une des deux activités donne libre accès à l’autre.

* Thème des Collège de Clinique Psychanalytique 2018-2019

Espace-débat

Le Forum propose aussi un Espace-débat du Champ lacanien pour favoriser les échanges autour des questions soulevées par le Séminaire École de l’EPFCL-France. Le thème cette année est « Transferts ».

Le 9 février 2019, nous aurons le plaisir de pouvoir discuter avec Nicolas Bendrihen (Analyste de l’École).

Il aura lieu aux mêmes dates, de 9h à 10h30.

Autres évènements

Du 24-25 nov 2018, à Paris ont lieu les Journées Nationales de l’EPFCL-France sur le thème « Les symptômes de l’inconscient ».

Le 23 mars 2019, à Rennes a lieu la Journée Nationale des Collèges de Clinique psychanalytique sur le thème « Parole et violence ».

Renseignements et inscription :

Forum du Champ lacanien du Brabant (Belgique)
Tel : +32 476 879 859 – E-mail : lacan.brabant@gmail.com
ASBL no 842.606.543 – Siège social : Av. Ferdauci, 44 – 1030 Bruxelles
Compte Bancaire : IBAN = BE 39 0682 5194 7019, BIC = GKCCBEBB


Théorie de la clinique : études de cas et concepts
Séminaire de membres de l’École

« Nous commençons donc à mettre à notre programme l’étude méthodique des textes qui orientent la pratique et à les faire vivre en les soumettant à l’épreuve des cas, où ils auront à démontrer leur opérativité et leur portée clinique (*) ».

Voilà quelques années que nous expérimentons la question de l’enseignement dans le forum. Nous avions commencé par la lecture de textes sous la forme d’un séminaire tenu par trois personnes et soutenu par un cartel.

Avec l’expérience, s’est ajouté à cela ce qu’on a appelé un atelier clinique où l’on y a travaillé en trois temps un cas de Freud : travail du cas et théorie Freudienne, le joint à la théorie par l’enseignement de Lacan et enfin, l’interrogation de la clinique d’aujourd’hui par la présentation d’un cas provenant de notre pratique.

Ainsi partant de cette expérience de la clinique et de la théorie fondée sur l’approche freudienne et lacanienne, nous en sommes arrivés à définir les contours de notre séminaire Théorie de la clinique, études de cas et concepts.

Il s’agit d’un séminaire interactif tenu par plusieurs membres d’école et incluant des présentations (cas, textes) des participants.

Responsables : Anaïs Bastide, Zehra Eryoruk, François Longe et Coralie Vankerkhoven.
Thème de l’année 2018-2019 : « Parole et violence » de Freud à Lacan.

* : Colette Soler, Ouverture du Collège clinique de Paris, 28 novembre 1998


Séminaire de lecture
Séminaire de membres de l’École

Pour traiter de « Parole et violence », nous étudierons cette année Le Séminaire XVII, L’Envers de la psychanalyse (*) de Jacques Lacan. Il y construit pas à pas la structure des Discours. Nous nous efforcerons de le suivre dans ses élaborations.

Avec les discours, Lacan a formalisé ce qui structure « un certain nombre de relations stables » à l’intérieur desquelles notre conduite, éventuellement nos actes et possiblement la violence, s’inscrivent. Ces relations « vont bien plus loin, sont bien plus larges que ce qu’il en est des énonciations effectives », et à fortiori de ce que la parole croit pouvoir manier.

C’est dans ce contexte que, humblement, nous nous efforcerons d’éclairer les dynamiques du Discours du Maître (DM) et du Discours de l’Hystérique (DH) qui diffèrent entre elles ; de distinguer le signifiant maître (S1) de la batterie des signifiants de l’inconscient (S2) ; de saisir les ressorts de l’appel au sens au coeur de l’expérience de tout parlant ; et de situer la place de la vérité ainsi que celle du plus-de-jouir. Ce sont là quelques éléments qui seront mis au travail au fil de nos lectures, mais Lacan nous réserve vraisemblablement quelques surprises !

Signalons pour finir que c’est dans ce séminaire que Lacan prononce le terme de « champ lacanien » nommant ainsi le « champ de la jouissance » que les élaborations de son séminaire dévoilent ; les éclairages apportés au cours de l’année sur le rapport du sujet au savoir devraient nous aider, peu à peu, à mieux aborder les diverses facettes que le terme princeps de « jouissance » recouvre en psychanalyse.

Les participants seront invités au cours de l’année à présenter des morceaux choisis du séminaire.

Responsables : Lucile Cognard et Zehra Eryoruk.

* : Édition du Seuil, 1991


Espace-débat du Champ lacanien
Espace collégial du Forum

Le Forum propose un temps pour favoriser les échanges autour des questions d’orientation du forum.

Pour orienter notre travail local, nous souhaitons effectivement rester en lien avec les questions qui animent et se discutent au sein de l’Internationale des Forums dont nous nous réclamons. Plusieurs membres belges se tiennent déjà informés et en discutent à l’occasion avec d’autres, mais nous avons voulu que cette discussion puisse se faire plus largement, plus ouvertement et de manière continue.

L’EPFCL-France est le Dispositif d’École Local auquel nous sommes rattachés pour les admissions d’École et pour le dispositif de la Passe, nous avons donc choisi de favoriser ces échanges autour des questions soulevées par leur Séminaire École. Le thème cette année est « Transferts ».

En outre, le 9 février 2019, l’Espace-débat reçoit Nicolas Bendrihen (Analyste de l’École) pour discuter avec nous.

L’Espace-débat du Champ lacanien est né en 2018 des suites des discussions sur la politique du Champ lacanien, qui ont eu lieu chez nous comme dans la plupart des forums de l’Internationale des Forums. Les 20 ans des Forums étaient l’occasion de s’interroger sur le mouvement du Champ lacanien : son origine, son évolution, son bilan et ses perspectives.

Nous contacter si vous êtes intéressé en envoyant un mail à lacan.brabant@gmail.com.


Le Forum du Champ lacanien du Brabant invite

Nicolas Bendrihen, A.E.

dans le cadre de son

Espace-débat du Champ lacanien

Samedi 9 février 2019, à Bruxelles

Ouvert à tous

9h15-10h45
Espace-débat autour du séminaire d’École « Transferts » à l’EPFCL-France :

Comme à notre habitude, nous discuterons de la dernière séance du Séminaire École qui se tient à Paris. Il s’agira cette fois-ci de celle du 17 janvier 2019 « La clinique des transferts : différence des sexes » avec Jean-Michel Arzur, Carmen Lafuente et Agnès Metton (discutantes : Muriel Chemla et Martine Menès). L’idée est que les participants écoutent l’enregistrement chez eux au préalable pour pouvoir en discuter ; ces écoutes ouvrent toujours de vives questions. En introduction, un petit rappel sera fait des points discutés lors de nos débats précédents.

10h45-11h
Pause café

11h-12h30
Espace-débat autour du temps d’ « Analyste de l’Ecole » de Nicolas Bendrihen :

Nous discuterons avec notre invité autour des textes qu’il a produits depuis sa nomination et qu’il nous a transmis. L’idée est que les participants les lisent au préalable chez eux pour repérer les points qu’ils auront envie de soumettre au débat.

Si vous êtes intéressé, merci de nous le faire savoir pour notre organisation pratique, mais aussi pour que nous puissions vous envoyer le matériel de travail (audio et textes).

  • Lieu : Asbl SIMA, Rue Brialmont 21, 1210 Saint-Josse-ten-Noode
  • Accès : Metro Botanique ; Parking souterrain : Passage 44 ; dans les rues avoisinantes : parking difficile et payant.
  • Participation aux frais : 5€
  • Renseignements / Inscription : +32 476 879 859 (Lucile Cognard, déléguée) ou www.lacanbrabant.be ou lacan.brabant@gmail.com

Journée de travail

avec

Colette Soler

Samedi 2 juin 2018, à Bruxelles

[affiche]

à 10h Matinée-Débat

Quelle politique pour le Champ lacanien ?

Son origine, son évolution, son bilan, ses perspectives.

à 14h30 Après-midi d’étude

Clinique différentielle des sexes

Table-ronde

Discussion avec Colette Soler autour des questions de Anaïs Bastide, Lucile Cognard, Zehra Eryoruk, François Longe et Coralie Vankerkhoven

L’après-midi d’étude s’inscrit dans la continuité de l’Atelier Clinique et du Séminaire Théorique que le forum anime tout au long de l’année (voir ci-dessous), mais il n’est pas nécessaire de les avoir suivis pour assister à cette rencontre.

Colette Soler est philosophe et docteur en psychologie, elle a fait toute sa formation avec Jacques Lacan avant de choisir d’exercer la psychanalyse et de l’enseigner à Paris et dans divers pays du monde. En 1998, elle a été à l’origine du mouvement des Forums du Champ lacanien puis de son École internationale de Psychanalyse dans laquelle elle travaille maintenant.

Elle est enseignante au Collège de Clinique Psychanalytique de Paris et donne cours cette année sur le thème Homme et/ou femme ?.

Elle est actuellement Représentante auprès de l’Internationale des Forums pour la zone francophone. De 2014 à 2016, elle était une des 16 membres de la Commission Internationale de la Garantie (CIG), qui est la commission chargée de désigner les AMEs, de constituer les cartels de la passe et d’animer les débats d’École au niveau international ; elle était à cet égard secrétaire pour l’Europe du Collège d’Animation et d’Orientation de l’École (CAOE) au sein de la CIG.

Résultat de recherche d'images pour "logo france culture"

Elle était l’invitée d’Adèle Van Reth dans Les chemins de la philosophie sur la radio de service public France Culture, le lundi 26 mars 2018. Elle y expliquait ce qui fait la spécificité d’une psychanalyse lacanienne. Vous pouvez l’écouter ci-dessous (ou vous prendre sur la page de l’émission) :


Année 2017-2018

La « clinique différentielle des sexes* »

La formation que nous offrons s’articule autour de deux moments :

  • Le matin, l’Atelier Clinique de Lecture de cas, de textes et élaboration clinique, aborde la théorie par la clinique. Y sont mis à l’étude cette année trois cas de Freud. Les informations détaillées sont à consulter dans ce document PDF de présentation.
  • L’après-midi, le Séminaire Théorique expose divers aspects théoriques que le thème soulève. Cette année, nous étudierons ce que la psychanalyse offre pour comprendre la différence des sexes et ses impasses. Les informations détaillées sont à consulter dans ce  document PDF de présentation.

La formation est ouvert aux travailleurs du secteur psycho-social, étudiants et à toutes personnes intéressées par la clinique analytique et par l’enseignement de Freud et de Lacan.

* Thème des Collège de Clinique Psychanalytique 2017-2018


Journée de travail

avec

Agnès Metton

organisée en collaboration avec le Forum F4

Le samedi 28 avril 2018

Conférence publique à 14h à Bruxelles

Psychose, psychanalyse, institution

Affiche, même texte que sur la page

(cliquer pour agrandir)

« A l’hôpital et dans diverses institutions où séjournent plus ou moins longuement des sujets psychotiques, ces derniers, parmi la diversité des propositions qui leur sont faites, ont parfois chance de rencontrer un psychanalyste.

C’est aussi une chance pour le psychanalyste. Car l’enseignement que le psychanalyste recherche pour exercer ce métier impossible, il peut en trouver un bout dans la rencontre de sujets psychotiques. La présentation de malades en est une voie.

Articulé au point précédent, il faut souligner le fait que Lacan a abordé la psychanalyse par la psychose et l’on sait que ses avancées successives prennent encore un nouveau tour avec Joyce. Avec ses derniers développements, c’est en terme de conséquences éthiques que l’on peut lire l’évolution des élaborations.

Cet héritage nous est précieux, comment le maintenir et le faire fructifier dans une époque moins réceptive au discours analytique ?  »

Agnès Metton est psychiatre à l’hôpital Erasme d’Antony (au sud de Paris). Elle soutient dans ce cadre une des 4 Unités Cliniques du Collège de Clinique Psychanalytique de Paris. L’Unité Clinique est le lieu où est possible la présentation clinique d’un patient dans une institution, il est interrogé par un psychanalyste en vue d’un enseignement qui peut être reçu diversement par le patient, l’équipe soignante et ceux qui y assistent. Elle est aussi psychanalyste, et ses soins psychiatriques en institution sont marqués par l’éthique analytique qui l’engage personnellement.

Elle a été présidente de l’EPFCL-France de 2014 à 2016, est enseignante au Collège de Clinique Psychanalytique de Paris, et est actuellement une des 16 membres de la Commission Internationale de la Garantie (CIG), qui désigne les AMEs, constitue les cartels de la passe et anime au niveau international les débats de l’École de Psychanalyse des Forums du Champ lacanien.

Programme complet de la journée :

  • Matinée (10h) : séminaire de travail sur la Clinique différentielle des sexes, ouvert aux intéressés (nous contacter).
  • Après-midi (14h) : conférence publique « Psychose, Psychanalyse, institution »
  • Renseignements : Affiche au format pdf, +32 476 99 60 52 (Claire Baguette) ou +32 497 548 193 (Anne-Marie Devaux)

28 janvier 2017 – Luis Izcovich à Bruxelles

marquesdunepsychanalyseMoments d’échanges avec Luis Izcovich autour de son dernier livre : Les marques d’une psychanalyse, aux éditions Stilus.

  • Une matinée avec les forums s’est déroulé de 11.00 à 13.00
  • La présentation ouverte au public a eu lieu entre 15.00 – 17.30
    A partir de 17.30 : vernissage de l’exposition des oeuvres de Stéphanie Jacques.

Lieu : ULB – Campus du Solbosch, 50 av. franklin Roosevelt – 1050 Bruxelles


Séminaire de Questions Psychanalytiques
sur deux années académique : 2015-2016 et 2016-2017

Nous avons commencé l’année par l’étude du livre de Colette Soler « Lacan, lecteur de Joyce », puis nous avons poursuivi avec l’étude de son cours 2013-2014 « Humanisation? ».

2013-2014-humanisation-couv

« … la position du psychanalyste doit exclure le refus de ce qui s’impose comme du réel, puisque le réel, à la fois celui du sujet et celui du sexe, est à sa charge.

[…]

… il est capital que les psychanalystes soient à l’heure de leur temps, je veux dire qu’ils se déprennent des vieilles catégories, non pour céder sur les modes à des fins de marché, mais pour simplement pouvoir répondre en analyste aux cas qui s’adressent à eux en ce début de siècle. »

Colette Soler, Lacan, lecteur de Joyce, p. 219


Séminaire de Questions Psychanalytiques 2014-2015

semBrabant-2015-05-30

« L’inconscient qu’est-ce que c’est ? »

« Lacan n’était nullement adepte de la chronologie, mais n’était pas le contraire non plus. Pour caractériser ce qu’il faisait, il aimait à utiliser la notion de frayage. Les références sont multiples sur ce point. Le frayage consiste à ouvrir une voie en forçant des obstacles dans un domaine qui résiste à la pensée ou à la marche. Un frayage peut avancer dans la discontinuité, avoir ses moments féconds et ses temps de stase, d’assimilation, mais la notion connote la continuité d’un effort qui constitue un tout orienté, créant des sillons dans le champ concerné. Elle se situe donc à l’intersection de la pensée et du réel de référence. »

Colette Soler, Cours 2007-2008

Cette année 2014-2015, pour continuer sur le thème de l’inconscient, nous achèverons ensemble la lecture du cours de Colette Soler L’inconscient qu’est-ce que c’est ? (*) dont la citation en exergue annonce la teneur. Le séminaire se veut ouvert à tous, il privilégie l’aspect participatif et l’émergence des questions de chacun. Les participants qui le souhaitent auront l’occasion de présenter leur travail lors de la venue de Colette Soler. Trois moments de préparation s’ajoutent alors au programme indiqué.

Lucile Cognard, Zehra Eryoruk, Coralie Vankerkhoven,
Membres d’École, IF-EPFCL

Toutes les informations : 2014-2015 : « L’inconscient, qu’est-ce que c’est ? »


Journée de travail avec Colette Soler
le 7 février 2015 à Bruxelles

PicassoBacchanalZE

PAF pour tous : 10 €  / Chômeurs, étudiants : 7 €

C’est avec Colette Soler que se fera cette  journée de travail sur l’inconscient que nous espérons riche de questions et d’avancées pour chacun.

9h45   Accueil

à la « Salle Delvaux » – Auberge de Jeunesse Jacques Brel – rue de la Sablonnière 30 à 1000 Bruxelles.

10h – 12.00   L’inconscient qu’est-ce que c’est ? – Table ronde avec Colette Soler autour de son cours « l’inconscient qu’est-ce que c’est ? » : Questions et élaborations de participants du séminaire « Questions de psychanalyse » du FCL Brabant.

Groupe restreint : seuls sont invités les participants au séminaire et les membres des Forums du champ lacanien (France et Belgique) – Inscription préalable.

12.00 – 14.00   Pause déjeuner – Réservation avant le 23 janvier 2015 pour les personnes qui souhaitent y participer. Le lunch est préparé par l’Auberge de Jeunesse : 7€ pour une boisson et des sandwiches.

14.00 – 17.30   L’inconscient, qu’est-ce que c’est ? … et ses suites 

Trois courtes interventions des responsables du séminaire lancera les discussions avec Colette Soler qui prendra largement la parole.

17.30   Clôture